Droit social

Fidéliser un salarié grâce à l’entretien professionnel

Publié le

pixabay

Depuis mars 2014, tous les deux ans, ou à l’occasion de circonstances particulières (par exemple, au retour d’un congé parental d’éducation), le salarié doit bénéficier d’un entretien professionnel.

Quel bénéfice sur le plan managérial ?

  • Connaitre les souhaits des salariés en terme d’évolution dans et hors entreprise et par conséquent mieux appréhender les éventuels mouvements de personnel et /ou les évolutions de postes souhaités
  • Permettre un espace de dialogue « différent » ou chacun est en situation d’écoute de l’autre ; cet échange peut permettre d’identifier des problématiques dans le fonctionnement de l’entreprise, dans l’ambiance de travail et plus largement dans les attentes des salariés
  • Bâtir le plan de formation de l’entreprise pour permettre l’évolution des compétences de ses salariés

Qui est concerné ?

Tous les salariés sont concernés. L’entretien professionnel doit avoir lieu au moins une fois tous les deux ans ou lorsque le salarié reprend une activité après :

  • un congé parental d’éducation ou une période de réduction d’activité,
  • un congé maternité
  • un congé de soutien familial,
  • un congé d’adoption,
  • un congé sabbatique,
  • une période de mobilité volontaire sécurisée,
  • un arrêt maladie pour affection de longue durée,
  • un mandat syndical.

Comment se déroule l’entretien professionnel ?

L’entretien professionnel a lieu pendant le temps de travail.

Parmi les points abordés durant l’entretien peuvent figurer :

  • le poste de travail (tâches, missions, évolutions…),
  • les compétences, les difficultés que vous rencontrez,
  • les souhaits de changement ou d’évolution,
  • les formations déjà suivies, les certifications obtenues (diplôme, Certificat de Qualification Professionnelle – CQP…),
  • le projet professionnel ou de formation envisageable,
  • les actions de formation, de bilan de compétences ou de VAE à mettre en place,…

Lorsqu’il est organisé après une période d’absence ou la fin d’un mandat syndical, l’entretien professionnel est aussi l’occasion d’échanger sur les conditions liées à la reprise d’activité, les objectifs professionnels, vos besoins en formation, l’aménagement des fonctions ou du temps de travail…

Tous les 6 ans, l’entretien professionnel doit permettre de dresser un état des lieux récapitulatif du  parcours professionnel. La période de 6 ans se calcule au regard de l’ancienneté dans l’entreprise.

L’état récapitulatif est l’occasion de vérifier si, au cours des 6 dernières années passées dans l’entreprise, le salarié a bénéficié des entretiens professionnels obligatoires mais aussi suivi au moins une action de formation, obtenu tout ou partie d’une certification (diplôme, CQP…) par la formation ou la validation des acquis de l’expérience (VAE), progressé sur le plan salarial (augmentation individuelle, changement de coefficient,…) ou professionnel (en termes de fonctions, missions, responsabilités…)

Dans tous les cas, les entretiens professionnels comme l’état des lieux récapitulatif doivent donner lieu à la rédaction d’un document (compte-rendu, grille de synthèse…) dont une copie est remise au salarié.

Que se passe t’il si l’entretien n’est pas organisé ?

Sauf pour les entreprises de plus de 50 salariés ou des amendes sous forme d’abondement dans le compte personnel du salarié sont prévues (coût approximatif par salarié 3 000€), aucune sanction n’est prévue.

Cependant en cas de litige prudhommal, suite à un licenciement pour raison économique, pour inaptitude ou pour insuffisance professionnelle, le salarié pourrait se prévaloir de ne pas avoir bénéficié de ce droit et contester la légalité du licenciement.

D. Iacopino, Consultante Ressources et Relations Humaines, Cerfrance Alliance Centre

Published by

Pôle Social

Pour contacter nos juristes en droit social : Chartres : 02 37 91 42 43 | Bourges : 02 48 68 36 36 | Saint-Jean-de-la-Ruelle : 02 38 72 91 60 | Nevers : 03 86 71 92 50 ou social@alliancecentre.fr

À propos de l'auteur

Pôle Social

Pour contacter nos juristes en droit social : Chartres : 02 37 91 42 43 | Bourges : 02 48 68 36 36 | Saint-Jean-de-la-Ruelle : 02 38 72 91 60 | Nevers : 03 86 71 92 50 ou social@alliancecentre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *