Le classement en meublé de tourisme n’est pas obligatoire. Comme pour les hôtels, il donne une indication de confort et de prestation. Cela se matérialise par des étoiles (d’une étoile à cinq étoiles).

Il permet aussi de bénéficier de certains avantages fiscaux. Et notamment un abattement majoré (71 % au lieu de 50 %) au régime du Micro BIC pour la déclaration des revenus.

Le classement en meublé de tourisme peut s’appliquer à la résidence principale. A la conditions qu’elle satisfasse aux prérequis et aux critères de classement.

Tout propriétaire peut demander le classement de son logement à l’organisme agréé de son choix. Cela s’effectue sur le site internet d’Atout France, à l’aide du formulaire Cerfa n° 11819*03.

Rappel, la fiscalité des revenus de location saisonnière

L’impôt sur le revenu s’applique aux revenus issus de la location saisonnière. Et ce, dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux.

Bon à savoir

Les revenus issus d’une location saisonnière de la résidence principale et qui n’excèdent pas 760 €/an, sont exonérés.

Cas du Micro BIC

Si les recettes annuelles n’excèdent pas 70 000 € HT, vous relevez de plein droit du régime micro-BIC. Un abattement forfaitaire s’applique pour calculer le bénéfice imposable. Cet abattement est de 50 % sur votre chiffre d’affaires, avec un minimum de 305 €. Le seuil de chiffre d’affaires applicable aux « meublés de tourisme » est de 170 000 € HT. Un abattement forfaitaire de 71 % s’applique pour calculer le bénéfice imposable.

Les périodes pendant lesquelles vous occupez personnellement le logement n’entrent pas dans la détermination des recettes.

Cas particulier. Le régime micro-BIC ne s’applique si le bien est détenu en indivision. Cela est le cas notamment entre conjoints. Le résultat BIC doit être déterminé selon le régime réel. Lire aussi « TVA et location meublée« .